Le Conseil Mondial de l'Énergie exprime son inquiétude sur l'évolution et les ambitions des négociations sur le climat

UNFCCC Figueres video in Addis Ababa picture Le 29 octobre 2015, Addis-Abeba, Éthiopie – Le Conseil Mondial de l’Énergie s’apprête à écrire à toutes les parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCCNU) pour exprimer son inquiétude sur la lenteur des progrès et le manque d’ambition des négociations sur le climat. Le message sans équivoque issu des réunions du Conseil Mondial de l’Énergie lors de son Assemblée exécutive d’Addis-Abeba préconise l’urgence d’une prise de mesures fondamentales pour permettre au secteur de l’énergie de fournir un système énergétique durable.

Christoph Frei, Secrétaire général du Conseil Mondial de l’Énergie, a confié: “La communauté des leaders de l’énergie est de plus en plus soucieuse de la lenteur des progrès et du manque d’ambition des négociations, à l’aube de la COP21 de Paris. Nous souhaitons signifier aux Parties que le secteur de l’énergie mondial est prêt à répondre à un signe catégorique de Paris pour accélérer la transition énergétique.”

Dans le message rédigé suite à une vaste consultation des dirigeants du secteur de l’énergie provenant des secteurs public et privé du monde entier, le Conseil Mondial de l’Énergie lance un appel en faveur d’“Une politique de prix du carbone précise alignée sur les objectifs mondiaux permettant à tous de prendre des décisions économiques efficaces.”

Tout en reconnaissant l’importance de nombreuses mesures déjà entreprises sur le terrain et en passe d’être abordées à Paris, les responsables du Conseil ont souligné que cette mesure est prioritaire et fondamentale pour permettre la mise en œuvre d’une transition énergétique historique. Le message invite toutes les parties à faire preuve d’un pragmatisme décisif pour parvenir à un accord mondial permettant une prise d’actions poursuivies et significatives dépassant les attitudes dogmatiques.

Dans le contexte de la réunion annuelle du Conseil Mondial de l’Énergie à Addis-Abeba, en Ethiopie, Christiana Figueres, Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques a souligné le leadership de l’organisation et répondu au message : «Les messages du Conseil Mondial de l’Énergie à la Conférence sur le changement climatique de l’ONU à Paris sont encourageants. Ils sont un signe fort que la transition énergétique, aujourd’hui inévitable et irréversible,  a un besoin crucial de politiques fortes et prévisibles pour accélérer et intensifier le processus.”

Marie-José Nadeau, Présidente du Conseil Mondial l’Énergie, a déclaré : “Nous avons conscience de la difficulté de focaliser un aussi grand nombre de perspectives, mais de toutes parts du secteur de l’énergie, le message est sans équivoque : un signe résolu est impératif.”

Elle a ajouté : “Une transition énergétique historique est nécessaire ; le secteur de l’énergie sera central à la solution et fondamental au succès de la mise en œuvre de l’accord. Une transition énergétique est déjà en cours dans de nombreux pays, mais des salles de Conseils d’administration aux réunions de Ministères de l’Énergie, les dirigeants du monde entier nécessitent un cadre adéquat pour pouvoir mettre en œuvre des solutions globales et concrètes, capables de déverrouiller les ressources financières et de déployer les technologies nécessaires. Le secteur de l’énergie lance un appel aux gouvernements et aux décideurs politiques pour les inviter à faire preuve de leadership et à concrétiser leurs intentions par des actions fermes.”

Le message du Conseil Mondial l’Énergie poursuit en affirmant la nécessité d’inclure la question des Contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN) dans les négociations. Cependant, il souligne également que ” traduire l’objectif international au niveau national en matière d’énergie nécessite une approche basée sur le “Trilemme énergétique” qui préconise l’équilibre des impératifs de sécurité énergétique, d’équité énergétique et d’environnement durable. La lettre du Conseil Mondial de l’Énergie sera envoyée avec l’indice de fiabilité énergétique du Trilemme énergétique mondial qui présente un classement des systèmes énergétiques nationaux de 130 pays, et propose des trajectoires de politiques énergétiques durables.

Le Conseil s’est également engagé à soutenir au mieux la transition post COP21, en mettant à disposition son 23e Congrès Mondial de l’Énergie qui aura lieu à Istanbul en Turquie du 9 au 13 octobre 2016. Le Congrès fournira une plate-forme favorisant le dialogue avec le secteur énergétique dans l’objet de faire progresser cet ordre du jour. Cet événement se promet d’attirer jusqu’à 10000 délégués issus de toutes parts de la communauté énergétique. Pendant les 90 ans de son histoire, le Congrès Mondial de l’Énergie a permis de rapprocher des PDG, des ministres et des dirigeants en vue de dialoguer et de chercher des solutions aux enjeux du secteur énergétique global. Christoph Frei fait le bilan de la situation : “Nous sommes confrontés à une menace existentielle, mais avec les incitations adéquates, il sera possible de trouver des solutions pour évoluer efficacement vers cette nouvelle frontière”.